Les ‘coïncidences’ de Gabrielle, et son parler marseillais

On connaît un peu l’histoire de Gabrielle : elle est allée habiter un temps Antibes, s’est passionnée pour la généalogie, et a découvert qu’une branche de sa famille était antiboise…De façon encore plus étonnante, cela me concerne : j’ai connu Gabrielle par Geneanet et nous avons découvert ensemble qu’elle est probablement la 8ème cousine (selon le système anglais !) de ma petite-fille, Maxine, qui vit aux Etats-Unis ! Cette parenté viendrait de Sébastien De la Roque, gentihomme-verrier du Languedoc, né en 1629.

Et alors maintenant la voilà qui a travaillé dans sa jeunesse à l’usine de Pont de Vivaux, la même qui était peut-être la propriété de François Bonneton, grand-père de René Marty ! En effet, elle a écrit à René ce qui suit :

« SALUT René ,

QUARTIER CAPELETTE après le Pont du Chemin de Fer en allant vers AUBAGNE sur la DROITE et avant la Rue Alfred CURTEL il y avait une petite voie parallèle à l’Avenue de la Capelette .

Ce quartier était plein de ces petites usines : la Verrerie, les Peintures et Vernis NEBO Rue Fifi Turin où j’ai travaillé un temps.

C’était dans les années 1948/1949 …

A cet endroit, Il y avait donc une usine (ou un gros atelier) de PAPIERS où j’ai été Secretaire durant 3 mois.

Impossible de me souvenir de l’adresse exacte : cette Usine ayant disparu, et le quartier a tellement changé, ni même du nom du Directeur.

En allant fouiller peut être à la Mairie de ce quartier tu pourrais retrouver son nom je pense qu’il s’agit de l’usine que tu recherches. ou en questionnant les « vieux Bars du quartier ».

je t’embrasse »

Tu vois où ça va te mener la généalogie, René ! Aux « vieux bars du quartier » (avec modération, bien sûr).

Sacré Gabrielle : « C’était une broque le grand-père de René ? », m’a-t-elle demandé. Puis, « si tu veux connaître le sens d’un mot ou d’une expression marseillaise, tu m’appelles ».

« OK, Gabrielle, mais je voudrais le voir écrit ce mot-là, et je ne l’ai pas trouvé sur internet ».

En fait, je n’avais pas vraiment fait l’effort qu’il faut. L’internaute dit : « broque, nom féminin :
Sens 1 , Chose de peu de valeur. Ex : Cette statuette ne vaut pas une broque. (Anglais : trifle)
Puis dans le Petit Lexique Commenté du Parler marseillais (http://planetemassalia.voila.net/lexique/lettreb.html), l’on trouve :

« Broque : Même origine que le brocante français.
Désigne la confirmation péjorative d’une façon de se tenir, de parler, ou de s’habiller :
<< Ce Fernand, y s’habille comme une broque, c’est une vraie estrasse… >>

Voilà pour les anecdotes. A suivre, assurément.

James Smith

 

Advertisements

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s